Archive for février, 2014

[IPBX] Astuce post-installation de XIVO sur Kimsufi

7

Bonjour !

En rangeant un peu le bordel que j’ai sur ma machine, je suis tombé sur un fichier intéressant que je vais partager avec vous.

J’ai un serveur Kimsufi 2G chez OVH, et il y a quelques temps j’avais installé XIVO en suivant cette procédure. Cependant je m’étais heurté à un petit problème, DAHDI voulait se lancer et échouait. Au départ je ne comprenais pas vraiment pourquoi et surtout pourquoi cela posait problème, mais en cherchant un peu j’avais fini par trouver.

DAHDI c’est Digium/Asterisk Hardware Device Interface. C’est le logiciel qui permet de gérer les cartes de téléphonie. Sur un Kimsufi, il n’y en a pas, et cela crée une erreur lors du lancement des services. Pour régler ça, il faut dégager DAHDI.

Pour commencer, connectez-vous en SSH sur votre serveur XIVO.

On va ensuite éditer un fichier avec cette commande :

nano /usr/bin/xivo-service

On fait une recherche pour trouver le terme « dahdi » et on supprime l’occurrence. On enregistre et on va relancer les services :

xivo-service restart

On voit apparaître alors :

Closing port 5060.

Waiting for services to stop successfully...

Waiting for services to start successfully...

starting rabbitmq-server ... OK

starting xivo-sysconfd ... OK

xivo-confgend is disabled

xivo-dxtora is disabled

xivo-provd is disabled

xivo-agid is disabled

starting asterisk ... OK

xivo-agent is disabled

xivo-ctid is disabled

xivo-restapi is disabled

Opening port 5060.

XiVO fully booted

Ensuite, on enclenche les services avec :

xivo-service enable

Et on relance le tout :

xivo-service restart

On voit alors apparaître :

Closing port 5060.

Waiting for services to stop successfully...

Waiting for services to start successfully...

starting rabbitmq-server ... OK

starting xivo-sysconfd ... OK

starting xivo-confgend ... OK

starting xivo-dxtora ... OK

starting xivo-provd ... OK

starting xivo-agid ... OK

starting asterisk ... OK

starting xivo-agent ... OK

starting xivo-ctid ... OK

starting xivo-restapi ... OK

Opening port 5060.

XiVO fully booted

C’est fini, et maintenant les services démarrent correctement !

[Day to day life] De l’importance dans les sauvegardes

0

De tout temps, nos systèmes informatiques sont les proies de dysfonctionnements. La cause en est souvent la durée de vie des équipements, et parfois des défauts de conception, de fabrication ou même d’utilisation.

Les supports de stockage font partie de ces équipements. Pouvoir stocker des To de données c’est très intéressant, très pratique et je ne sais pas comment je ferai si je ne pouvais pas, mais il faut avouer que la défaillance d’un disque dur peut avoir des répercussions catastrophiques.

Il y a deux jours, j’ai eu le déplaisir, l’horreur de découvrir une situation tout à fait atroce et insupportable. Un des disques durs de mon serveur était en panne.

Les outils de monitoring râlent, expliquent qu’il faut changer le disque dans les plus brefs délais, qu’un spare vient de prendre le relais pour reconstruire le RAID5, que si un autre disque dur tombe en panne en même temps, le contenu sera irrécupérable, tout ça, tout ça. Bon, dans mon cas tout va bien, le spare a pris le relais, le RAID s’est reconstruit, il reste encore un spare online disponible, tout va bien. J’ai de la chance.

Le RAID n’est pas une solution de sauvegarde. Si au mieux, il améliore les performances, il peut retarder la perte de données avec une tolérance aux pannes, mais la seule solution efficace c’est de déporter les données sur un autre support, de préférence offline.

Disque SAS HPPensez donc à sauvegarder. Dupliquez vos données en des lieux distincts d’une façon ou d’une autre. Un jour où l’autre, vous en aurez besoin. Je ne ferai pas ici le tour de toutes les types et logiciels de sauvegarde mais plus le système est simple, plus il est fiable. Time Machine, sur Mac, c’est super joli et super pratique, mais une sauvegarde ça peut-être simplement copier tous les fichiers à sauvegarder sur un disque dur externe une fois par semaine, et mettre immédiatement après ce disque en sécurité.

Plus un fichier existe en un grand nombre d’exemplaires, plus il y a des chances pour que dans 10 ans on en retrouve un. Multipliez vos sauvegardes, multipliez les emplacements où vous les entreposez, multipliez les types de supports (disques durs, disques optiques, bandes, ou même une autre machine joignable via Internet…).

[MacGé] Témoignages : c’était comment avant le Mac ? C’était super !

0

Aujourd’hui, pas grand chose à faire au boulot, alors exceptionnellement, j’en profite pour faire une petite lecture de mes sites de news préférés. Certains sont référencés dans la barre de droite. En lisant MacGé, je suis tombé sur cet article que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. Comment c’était avant le Mac ? Voilà une question qu’elle est bonne.

Je n’ai pas pu vivre cette époque, courant années 70, faut dire que j’étais pas né à ce moment là. Mais quand j’étais enfant, mon père m’avait refilé son vieux Commodore 64, et je m’amusais à lancer quelques programmes en BASIC enregistrés sur cassettes. Il m’avait aussi donné des livres pour apprendre le langage et d’autres qui contenaient une mine d’or de programmes qu’il ne restait plus qu’à charger dans la toute petite mémoire de l’engin, à la main, sans faire de fautes, et accessoirement en bidouillant un peu le code pour améliorer ou adapter le programme. Long, compliqué, pas user-friendly, mais toutes ces machines ont marqué leur époque. Commodore, Amiga, Amstrad, TO7, etc. J’ai plus tard récupéré un Amstrad et un superbe Atari 520ST.

Même si je n’ai pas eu la chance de connaître par moi-même ces petites choses, c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai pu en voir, et même en tester chez des amis, car on a tous des amis qui non seulement ont vécu à cette époque, mais ont possédé.

L’article de MacGé parle surtout des machines avant l’époque PC/Mac, mais celles-ci étaient amusantes aussi. J’ai de vieux Macintosh qui trainent chez moi, chez mes parents, chez des amis, dans la salle serveur, etc. J’en ressortirai bien un ou deux à l’occasion car ce sont eux qui ont marqué mon enfance.

Astuce post installation PfSense sur clé USB

0

Bonjour,
Suite à mon dernier post où je vous montrais dans les grandes largeur le montage d’un petit PC pour en faire un routeur, je vous avais lâchement abandonnés au moment de choisir le logiciel. Ce n’est pas pour cause de flemme mais surtout que je n’ai pas la possibilité de tout tester, et j’ai un besoin précis, et à ma connaissance seul PfSense permettra de le faire. Je m’étendrai sur le sujet plus en détail début mars.Kingston Cruzer fit

En attendant, si comme le mien, votre cœur se brise dans votre poitrine à l’idée de condamner un disque dur ou un SSD à tourner dans un simple routeur/pare-feu, vous pouvez toujours utiliser une clé USB.

C’est globalement assez rapide et ça semble plutôt bien marcher. Sauf que voilà, PfSense hérite d’une sorte de bug qui l’empêche de booter correctement dans certaines conditions. Lorsque votre routeur démarre, si vous utilisez une clé USB pour le système, vous devez impérativement choisir l’option 3. Boot PfSense using USB device dans l’écran suivant :

Le système démarre et vous pouvez effectuer quelques tâches de configurations, comme les interfaces, les IP, le DHCP, etc. Sauf que si vous redémarrez, ça finit par se bloquer. Cela vient de FreeBSD, sur lequel, le boot USB nécessite un délais supplémentaire, à ce que j’ai compris. En choisissant l’option 3 au démarrage, un délais de 10 secondes est ajouté permettant la reconnaissance de la clé. Sauf que garder un écran et un clavier sur un routeur, c’est con.

Pour pallier à ce problème, une bidouille temporaire qui marche bien mais la moindre mise à jour semble nécessiter de refaire la manipulation. En gardant un écran et un clavier branchés, pour pouvoir surveiller, vous allez configurer sommairement le routeur, puis vous connecter dessus via l’interface Web et terminer l’installation. Une fois ceci terminé, aidez vous de l’écran et du clavier pour redémarrer. Ne touchez à rien, et vous devriez constater qu’il se bloque toujours à la même étape. Éteignez-le et redémarrez avec l’option 3. Boot PfSense using USB device. Vous devriez de cette façon arriver au bout du démarrage normalement.

Là, vous venez de constater clairement le problème. On va maintenant le régler. On est d’accord, votre routeur est maintenant configuré, il est démarré. Connectez-vous à l’interface d’administration, directement avec http://IP-de-la-carte-LAN, puis dans le menu Diagnostics (en haut à droite), allez sur Edit file.

Ensuite il suffit de taper l’adresse du fichier à modifier (ou créer, peu importe, dans notre cas cela va créer le fichier) et cliquer sur Load. On va donc taper /boot/loader.conf.local et cliquer sur Load.

Dans la case du dessous, copier le texte suivant tel que décrit dans la doc, puis cliquez sur Save :

kern.cam.boot_delay=10000

Normalement vous devriez pouvoir redémarrer normalement, sans intervention. Faites plusieurs tentatives pour être sûr, et c’est terminé.

En espérant que cela vous rende service !

Go to Top