Posts tagged free

[XiVO] Auto-hébergement, téléphonie, pfSense, OVH

3

Bonjour tout le monde !

1. Je vous explique le contexte

Comme vous le savez peut-être, voilà maintenant un peu plus d’un an que je me suis lancé, non sans difficultés, dans l’univers incroyable et merveilleux de la téléphonie IP. Nous avons commencé par un serveur dédié OVH Kimsufi 2G, cinq téléphones Cisco 7960 avec firmware SIP, et une ligne SIP Free (activable gratuitement dans l’interface client de tout abonné Freebox, alors autant s’amuser avec).

Quelques tests et bidouillages plus loin, ça marchait. On pouvait se téléphoner entre nous, appeler et recevoir des appels de l’extérieur et pendant plusieurs mois, tout fonctionnait à merveille. J’ai eu besoin d’un peu de temps pour mieux comprendre certains mécanismes de la VoIP avec Asterisk, essayer plusieurs autres distributions packagées comme Elastix. Mais au final, plus je connais XiVO, plus j’ai envie de l’utiliser.

Cisco 7941En effet, comme je n’y connais pas grand chose, je fais des recherches. Et à chaque fois je constate que le problème de la personne est un bug qui date des premières versions et qui depuis a été corrigé, je constate aussi que les demandes et retours des utilisateurs sont pris très au sérieux. De plus, j’ai eu pour les quelques soucis que je n’ai pu régler seul le plaisir de discuter en direct avec l’équipe, qu’il est très facile de contacter et qui sont la meilleure référence quand on a une question. Je précise qu’on ne me paye pas pour dire tout ça, mais je suis bien obligé de reconnaître que c’est très plaisant de discuter avec des gens compétents et sympas.

J’ai pas mal évolué, à tous les niveaux. Je comprends un peu mieux ce que je fais, même s’il m’arrive de me tromper et nous avons depuis changé un peu de matériel. En effet, nous avons cherché d’autres téléphones. Les Cisco IP Phones de la série 7900 sont très sympa et on les trouve très classe sur nos bureaux. Cependant, nous n’en avions que cinq mais rapidement nous nous sommes retrouvé avec un total de 32 de ces téléphones : Un mix de 7940, 7960 et 7941.

2. La solution de départ

  • Un serveur dédié OVH Kimsufi 2G
  • Connexion 100 Mb/s directement reliée (on retrouve l’IP externe sur l’interface Ethernet)
  • Debian Wheezy 32bit
  • XiVO installé via le script bash
  • Nos sites équipés de routeurs pfSense avec un proxy SIP (Siproxd)
  • Téléphones Cisco avec firmware SIP, pas de provisioning, configuration entièrement via les menus du téléphone

Ça fonctionnait, c’était assez stable, mais les firmwares SIP ne sont pas d’aussi bonne qualité que les firmwares SCCP pour ces téléphones. De plus, XiVO ne gère pas le provisioning de ces postes en SIP mais seulement en SCCP. On aurait pu croire qu’il aurait suffit de passer les téléphones en SCCP pour pouvoir gérer ça mais ce protocole passe mal à travers le NAT de nos routeurs.

3. Une minute de réflexion

Nous avons interconnecté trois de nos sites (et d’autres à venir) par OpenVPN en utilisant nos routeurs. Nous avions donc comme idée de relier également notre serveur dédié à XiVO chez OVH par VPN afin de se retrouver comme sur un réseau local et donc de profiter du provisioning et du SCCP. Le problème c’est qu’on a un peu merdé. Et puis on s’est dit : « Mais attends, de l’autre côté de ce mur — oui, il y avait un mur quand on s’est dit ça — il y a une baie avec des serveurs qui nous appartiennent ». Donc on a utilisé un de nos serveurs pour la téléphonie. Au moins il est chez nous, et c’était bien l’objectif de départ que d’héberger nous-même ce dont on a besoin. Ceci étant dit, on se retrouve donc avec un serveur de téléphonie, en local. On met un firmware SCCP dans nos téléphones, on crée quelques lignes et tout se met à marcher, du moins en interne.

4. Appels internes c’est bien, mais externes c’est quand même pratique

Nous souhaitons donc relier notre serveur XiVO local à une ligne SIP OVH. Nous avons choisi une ligne SIP Entreprise sans les appels vers les mobiles. Nous allons utiliser cette ligne en tant que trunk. Ce sera en quelque sorte le lien entre notre serveur de téléphonie, et ceux d’OVH, permettant ainsi de passer des appels vers et depuis l’extérieur.

Nous avons quelques contraintes :

  1. Notre serveur de téléphonie doit être fiable
  2. Il doit permettre le provisioning des postes et le SCCP
  3. La téléphonie doit fonctionner depuis n’importe quel site, provisioning compris
  4. Le serveur est situé sur un réseau local derrière un routeur pfSense
  5. Il doit permettre les appels vers et depuis l’extérieur

A ces contraintes, nous avons apporté les solutions suivantes :

  1. Nous allons utiliser un serveur HP ProLiant DL380 G4, avec du RAID, RAM, alimentations, ventilation redondante, bref, la totale
  2. Il faut pour cela installer les greffons correspondant aux téléphones dans l’interface de gestion de XiVO (dans notre cas il faut également trouver les bonnes versions des firmwares, merci Cisco)
  3. Nous utilisons des VPN entre nos différents sites
  4. Nous allons installer le package siproxd sur le routeur
  5. Il faut pour cela configurer un trunk dans XiVO.

C’est justement les points 4 et 5 qui nous intéressent car ça ne coule pas forcément de source pour un néophyte.

5. Configuration du routeur

On considère un routeur pfSense fonctionnel, avec une interface LAN et une WAN. Côté WAN on est raccordé a une Freebox en mode bridge, nous permettant de récupérer directement l’adresse IP externe sur l’interface réseau du routeur. Côté LAN on est en statique, dans notre cas 192.168.10.1. Le serveur DHCP du routeur est activé et on a attribué une adresse fixe à notre serveur de téléphonie. Notre VPN est configuré et vous pouvez vous aider de cette méthode. Dans les paramètres du serveur DHCP, on va ajouter une option 150 correspondant à notre serveur de téléphonie si on souhaite gérer le provisioning.

Ce que l’on va faire maintenant, c’est installer un paquet sur le routeur. On se connecte donc via un navigateur sur l’interface Web de gestion de pfSense, disponible sur son adresse LAN.

On va dans le menu System, puis Packages et s’affiche la liste des paquets disponibles. On clique alors sur le bouton en regard de siproxd. L’installation va se lancer. Il est important de laisser le routeur procéder à l’installation avant de cliquer ailleurs.

Une fois que c’est terminé, on peut se rendre dans le menu Services, puis siproxd pour procéder à la configuration.

Très peu de choses à régler. Cochez la case Enable siproxd, sélectionnez LAN dans le menu inbound interface, et WAN dans le menu outbound interface. Les deux champs suivants doivent rester vides.

On passe ensuite à RTP Settings, où tout doit être vide à l’exception de la case Enable RTP proxy. Dans la catégorie DSCP Settings, cocher les deux cases.

Tout le reste doit impérativement être décoché ou vide, puis sauvegardez.

6. Configuration de XiVO

On considère un serveur XiVO configuré et fonctionnel avec les appels internes. On ne peut pas encore passer d’appels externes, entrants comme sortants.

On va commencer, comme dans tous les guides que l’on peut trouver par se rendre dans l’onglet Services, puis IPBX.

XiVO Services IPBX

Dans la colonne de gauche, et plus précisément dans Gestion des interconnexions, on clique sur Protocole SIP. Un tableau vide devrait alors apparaître. On clique sur le bouton + en haut à droite, s’affiche alors une page de configuration avec quatre onglets.

Je ne vais préciser que les champs dans lesquels on entre quelque chose :

a. Onglet Général

On entre l’identifiant de la ligne (ex. 0033XXXXXXXXX)

On recopie le champ précédent

Le mot de passe correspondant à la ligne OVH

Varie selon l’offre choisie (dans notre cas c’est 2)

Friend

Statique (Cela fait apparaître un champ supplémentaire : sip.ovh.fr)

Appels entrants (from-extern)

fr_FR

b. Onglet Enregistrement

On coche la case

udp

L’identifiant de la ligne (ex. 0033XXXXXXXXX)

On recopie le champ précédent

Le mot de passe correspondant à la ligne OVH

Serveur distant : sip.ovh.fr

5060

c. Onglet Signalisation

DTMF : Inband

Personnaliser les codecs : On coche la case, faisant apparaitre deux tableaux

On clique sur le + en regard des codecs GSM (Audio) et G.711 A-law (Audio).

Ces deux codecs doivent apparaître dans la colonne de gauche.

d. Onglet Avancé

Insécurité : Tout

Port : 5060

Réécriture du champ From-User : L’identifiant de la ligne (ex. 0033XXXXXXXXX)

Réécriture du champ From-Domain : sip.ovh.fr

Protocoles réseau : udp

Enfin, on sauvegarde.

On vient donc de créer le lien d’interconnexion avec notre fournisseur SIP chez OVH. Celui-ci va nous servir à passer des appels vers l’extérieur. Comme nous avons placé notre serveur de téléphonie derrière un proxy SIP, nous devons créer un deuxième trunk avec la même méthode qui sera utilisé pour les appels entrants.

On va donc retourner dans la liste des interconnexions SIP si ce n’est pas déjà fait, et on va à nouveau cliquer sur le + en haut à droite.

On va plus ou moins reproduire ce qu’on a fait précédemment, à quelques différences près.

a. Onglet Général

trunk-incoming (par exemple, pour l’identifier aisément)

 On entre l’identifiant de la ligne (ex. 0033XXXXXXXXX)

Le mot de passe correspondant à la ligne OVH

Varie selon l’offre choisie (dans notre cas c’est 2)

Peer

Statique (Cela fait apparaître un champ supplémentaire dans lequel on entre l’IP du proxy SIP, dans notre cas 192.168.10.1)

Appels entrants (from-extern)

fr_FR

b. Onglet Enregistrement

On ne coche pas la case (on ne remplit rien)

c. Onglet Signalisation

DTMF : Inband

Personnaliser les codecs : On coche la case, faisant apparaitre deux tableaux

On clique sur le + en regard des codecs GSM (Audio) et G.711 A-law (Audio).

Ces deux codecs doivent apparaître dans la colonne de gauche.

d. Onglet Avancé

Insécurité : Tout

Port : 5060

Réécriture du champ From-User : L’identifiant de la ligne (ex. 0033XXXXXXXXX)

Réécriture du champ From-Domain : sip.ovh.fr

Protocoles réseau : udp

On sauvegarde, et on a terminé pour ce qui est des interconnexions SIP.

Maintenant que c’est fait on va expliquer au serveur ce qu’il faut faire en cas de réception ou d’émission d’un appel.

On va donc se rendre dans Appels sortants, sous la catégorie Gestion des appels, et on clique sur le traditionnel +.

a. Onglet Général

Nom : ovh (par exemple)

Contexte : to-extern

Temps de sonnerie avant de raccrocher : Illimité

Interconnexions : On clique sur le + en regard du trunk que nous avons créé pour les appels sortants, celui dont le nom est le numéro de ligne OVH.

b. Onglet Extensions

Un tableau vide s’affiche avec une case +, sur lequel on clique, faisant apparaître une ligne vide. Dans la case Extension, on entre « 0. » sans les guillemets pour définir la syntaxe d’un numéro externe. Le zéro sera à composer avant le numéro de votre correspondant à l’extérieur. Le point est important car il signifie que tout ce qui viendra après le zéro sera le numéro du correspondant.

Note : D’autres tutoriels indiquent qu’il faut saisir « 0XXXXXXXXXX ». Chaque X représentant un unique chiffre, cela signifie qu’on ne peut appeler que des numéros à 10 chiffres. Personnellement, je préfère le point, représentant une suite quelconque de chiffres, pour pouvoir appeler les numéros courts de certains services clientèle, etc.

Dans la liste déroulante Stripnum on choisit 1. Enfin on peut sauvegarder.

On peut maintenant faire un test d’appel. À l’aide d’un téléphone interne, on tente de composer un numéro externe précédé d’un zéro. Et normalement, l’appel s’effectue et on peut même discuter avec le correspondant.

C’est terminé pour les appels sortants.

On va maintenant dans la colonne de gauche choisir Appels entrants, et dans la page qui s’affiche on va encore choisir le + en haut à droite.

Cette partie est très simple.

SDA : Votre numéro d’appel OVH, mais sous la forme classique 0911223344

 

Contexte : Appels entrants (from-extern)

 

Destination : Utilisateur (par exemple)

 

Renvoyez vers : L’utilisateur désiré

On sauvegarde et enfin il ne reste plus qu’à se rendre dans Contextes, dans la colonne de gauche.

On clique ensuite sur l’icône en regard de la ligne from-extern, puis on se rend dans l’onglet Appels entrants.

Dans le tableau, on clique sur le +, on tape le numéro d’appel sous la forme 0911223344 dans le champ Début de l’intervalle de numéros, et on choisit 10 dans la case Nombre de chiffres reçus. On sauvegarde et c’est terminé pour la configuration.

A présent, on peut tenter un appel depuis l’extérieur en composant le numéro de ligne OVH, et si je n’ai rien oublié, le poste choisi dans le champ Renvoyez vers devrait sonner.

Vous pouvez vous connecter à votre pfSense, sur l’onglet Users du package siproxd. Vous devriez voir apparaître une ligne correspondant à votre trunk OVH.

Ceci est notre configuration et elle fonctionne. Si toutefois vous aviez une meilleure idée, une amélioration ou une correction à apporter, laissez donc un commentaire. J’ai réalisé ce tutoriel grâce à l’aide des développeurs de XiVO et j’en profite pour les remercier pour l’excellent travail qu’ils font.

La fibre, du rêve à la réalité…

0

Bonjour tout le monde !

Mais quel plaisir que de vous retrouver après une longue absence. Faut dire aussi que j’avais pas mal de boulot et de choses à chercher un peu partout sur le net.

J’ai vendu mon ProLiant Microserver, j’ai décidé, pour économiser un peu d’électricité de m’en passer et de remplacer 8 de mes 16 disques HP 146 Go SAS par des disques Western Digital RED 1 To 2,5″. Ils sont ainsi directement dans le serveur sur leur contrôleur dédié. Pour la petite histoire, les gens qui me contactaient le trouvaient très cher à 800 ou 900 euros et m’expliquaient que même avec les disques ça valait pas plus de 500 ou 600 euros. Sauf qu’ils ne comprenaient pas un mot de ma réponse quand je leur disais qu’il était monté sur un contrôleur RAID HP Smart Array P410 avec batterie de back-up et 256 Mo de cache, que je fournissais la carte de management HP et une carte Gigabit Intel en plus, etc.

Openstreetmap FranceC’est alors que j’ai reçu un mail de Christian Quest, d’OpenStreetMap car quelqu’un de chez eux était très intéressé. Et ça m’a fait bien plaisir d’avoir affaire à des gens éminemment plus calés, compétents, intéressants que ceux que j’ai l’habitude de voir, car malheureusement je n’ai pas cette chance dans mon travail et cela me freine plus qu’autre chose… Et j’ai beau être paresseux, quand ça ne m’apprend rien, tôt ou tard, ça m’ennuie.

J’ai eu également une violente panne d’onduleur avec gonflement des batteries, à la limite de fondre, histoire de bien mon gonfler, et je dois mettre en place une solution serveur sur trois sites avec du VPN, du profil itinérant sur PC et Mac, et on n’a pas l’ombre d’un début d’idée pour faire ça bien, proprement et qui tourne au poil. Si des âmes charitables veulent y contribuer c’est avec plaisir.

J’en reviens donc à mon sujet de départ, la fibre optique, tout ça n’était là que pour situer un peu ce qui se passe pour nous.Orange Logo

On est un peu tous dans le même cas. On entend parler de fibre, on en parle, on nous informe qu’elle passe sous le trottoir mais elle est pratiquement jamais accessible. Depuis longtemps j’utilisais Numéricable pour avoir des débits intéressants de l’ordre de 100 Mb/s descendants et surtout 5 pauvres Mb/s montants. Et vas-y que tel immeuble est fibré, et vas-y que tel pote est chez Free en FTTH, et vas-y que tel autre vient de passer à 200 Mb/s d’upload… Et moi je me trainais toujours mon FTTLA et mon coaxial, et son upload bridé, alors que mes parents venaient de passer en VDSL au fin fond de leur cambrousse et obtenaient plus du double (ils ont 45 descendants et 9 à 11 montants).

C’est alors que mon propriétaire m’envoie un SMS aux alentours d’octobre 2013 pour m’informer que l’assemblée générale des copropriétaires à voté pour le déploiement vertical de la fibre par Orange. Et effectivement, le 13 ou 14 décembre me semble-t-il, la société Eiffage, pour le compte de France Télécom, fait des travaux dans l’immeuble dans le cadre de l’installation verticale de la fibre.

Ils passent deux tuyaux dans les goulottes du huitième étage jusqu’au sous sol, des boîtiers de raccordement à chaque étage et un point de mutualisation au sous sol. Ce boîtier là est raccordé à la fibre d’Orange par un autre tuyau (tout fin et dans une goulotte verte) qui rejoint les fourreaux sous le trottoir.

Quelques jours plus tard apparaissent des documents dans les parties communes expliquant que maintenant que c’est posé, on doit attendre le premier mars pour souscrire, ceci correspondant au délais réglementaire imposé par l’ARCEP pour que d’autres opérateurs puissent venir se raccorder avec le lancement commercial. Donc j’attends…

J’espère que Free pourra raccorder l’immeuble, alors je les appelle mais ils m’expliquent que même si j’ai un NRO fonctionnel dans ma ville, leur fibre de passe pas dans ma zone car trop éloignée. Cela peut se comprendre aisément. En effet, Free utilise le raccordement P2P. La fibre entre le NRO et l’abonné est dédiée. Cela implique beaucoup plus de fibres en sortie du NRO et des tuyaux bien plus gros, sauf que les fourreaux n’étant pas franchement extensibles, cela limite fortement le nombre de raccordements possibles. Orange, tout comme SFR et Bouygues en FTTH, utilisent tous le GPON. Les fibres sont mutualisées et prennent de facto moins de place.

Le premier mars donc, je m’abonne à Orange avec l’offre de base intitulée Livebox Zen. Il s’agit d’une connexion 100/50. Je voulais d’abord tester deux ou trois bricoles avant de voir à prendre plus gros, et surtout, je voulais prendre SFR pour avoir les 200 Mb/s d’upload. Donc j’attends encore, et finalement, SFR apporte sa fibre ! Sauf qu’avant même qu’elle soit fonctionnelle, Orange à lancé le 500/200 avec l’offre Livebox Jet vers laquelle j’ai récemment migré.

En terme de débit, ça se pose là. Même quand c’est saturé et qu’on obtient « que » 400 Mb/s descendants, c’est déjà miraculeux ! J’ai remarqué lorsque j’étais en 100/50 que tenter un upload et téléchargement à fond en simultané provoquait une chute de débit. Ça ressemblait à un problème de latence dans le multiplexage. Volontaire? En panne? Je ne sais pas, mais ce phénomène a disparu lors du passage en 500/200. Le ping est épouvantablement faible ce qui est génial.

Je pense sincèrement que, pour ce qui est de la connexion, la Livebox est un frein. Mais heureusement il y a des alternatives !

Comment ça s’est déroulé?

J’avais rendez-vous le matin, à 8h. Je suis descendu chercher quelque chose rapidement vers 7h30 et le technicien était devant mon immeuble en train de préparer ses bons d’intervention dans sa voiture, cela explique qu’à 8h pétantes, ça a sonné.

Il s’est présenté, il avait avec lui une partie de son matériel et il m’a expliqué comment ça allait se passer. Courtois, agréable, nickel. J’avais une appréhension car j’ai eu des techniciens ADSL et câble par le passé et ils étaient loin d’être aussi sympa et aussi compréhensible.

La première étape c’est de déterminer où la prise doit être placée. Moi je le savais déjà. Je la voulais derrière mon meuble télé, qui me sert également de baie de brassage. Il va ensuite regarder dans les parties communes comment il peut percer et où. Coup de bol, comme j’avais déjà le câble, il a fait le trou juste à coté, très proprement. Ensuite il a pris quelques mesures et a sorti un carton qui contient 30 mètres de fibre, et une prise optique murale pré-raccordée. Il n’y a plus qu’à dérouler.

Il passe la fibre par le trou, et en déroule une grande partie à l’extérieur de l’appartement, en prenant soin de ne surtout pas la plier. De retour dans l’appartement, il pose le support de la prise. Un socle en plastique vissé dans le mur, rien de plus basique. La prise viendra par la suite se clipser dessus. Pendant ce temps il avait branché son pistolet à colle pour le charger. Puis il est retourné dans le couloir avec les mesures prises et a coupé la fibre.

Il l’a ensuite « dénudée », et de cette gaine apparaît une protection et quatre fibre optiques colorées correspondant aux quatre couleurs de la prise murale, le point de terminaison optique.

Les quatre fibres, soudées et protégées.

Quelques coups de soudeuse plus tard, la fibre nouvellement installée est raccordée à celle déjà présente dans l’immeuble. Le pistolet à colle est chaud, et on peut passer à la fixation. Une fois ceci terminé, le technicien retourne dans le local technique sur le pallier pour lover la fibre (enfin, les quatre fibres) dans une cassette fixée au mur.

La cassette, avec des mains de technicien dedans. Aucun technicien n’a été blessé ou maltraité pendant la prise de vue.

On voit clairement le côté rangé, propre et soigné de l’installation comparé au câble coaxial…

Le local technique, sur le pallier, le foutoir technique, devrais-je dire…

Il est maintenant temps de raccorder cette fibre au point de mutualisation. C’est le bloc situé au sous sol. Il est d’un côté raccordé aux étages, et de l’autre à Orange, qui a déjà procédé à l’adduction de sa fibre lors de l’installation verticale. Le technicien place une lampe sur ma prise optique. Elle éclaire en rouge. Il peut voir d’un seul coup d’oeil que la liaison n’est pas rompue entre la prise et la soudure, puis au point de mutualisation.

Il reste ensuite à raccorder la fibre Orange à la mienne, et c’est terminé.

On remonte dans l’appartement pour vérifier et tester l’affaiblissement. Il branche donc l’ONT (Optical Network Termination). Un petit boitier de chez Huawei, qui comporte une prise optique et une prise RJ-45. Il se connecte dessus avec son ordinateur portable pour le configurer. Une fois fait, il y branche la Livebox et la configure avec les identifiants de connexion d’Orange.

Chez moi, la box, l’ONT…

Et à la fin, la Livebox se connecte et on a du 100/50. La migration en 500/200 s’est réalisée après un simple coup de fil pour demander un changement d’offre. Ils m’ont expliqué qu’il fallait que je change de Livebox pour profiter de mon super débit, mais j’ai refusé, et ce sera l’objet d’un autre article…

Quelques outils pour le multiposte Free dans VLC

0

Bonjour à tous !

J’en ai très vaguement parlé précédemment. Je me suis réabonné chez Free malgré l’absence totale de leur fibre optique dans mon secteur et le faible débit ADSL qu’ils peuvent me fournir (de l’ordre de 5-6 Mb/s) en ADSL, pour pouvoir profiter de la Freebox v6 et toutes les fonctions qu’elle propose ainsi que de la qualité de fonctionnement incroyable du Freebox Player (un gros cran au dessus de tous les autres).

Logo VLC

J’ai déjà mis en place un serveur de médias Plex, installé sur une des machines virtuelles de mon serveur, et je suis en train de voir comment organiser les choses pour utiliser mon Intel NUC avec Plex Home Theater. Une des choses que je trouverai amusantes, ce serait de pouvoir regarder la télévision directement dans mon client Plex. Je n’ai pas encore vraiment poussé mes recherches sur le sujet mais éventuellement, il devrait être possible de se faciliter la vie avec ce générateur de playlist M3U pour le multiposte Free. Au pire, on peut au moins utiliser ça avec VLC.

Sur le même sujet, Matthieu Sarter d’Infobidouille a publié un excellent outil pour générer une playlist séparée pour chaque chaine. On met la playlist complète et la moulinette s’occupe de séparer les chaînes. Ainsi on peut lancer le fichier TF1, indépendamment du fichier France 2, du fichier France 3 et ainsi de suite.

Je ne sais pas encore comment je vais utiliser ça mais ça promet d’être très utile.

Bonne bidouilles !

Intel NUC ou potentiellement l’avenir du HTPC

2

Cher lecteur adoré. Un petit sujet rapide, avec surtout des photos pour te présenter un objet que j’ai acquis voilà quelques semaines et qui me comble de bonheur tant il est amusant.

Il faut d’abord placer un peu le contexte.

Depuis longtemps, je cherche une solution intéressante pour dématérialiser et stocker des films. J’en ai essayé quelques unes et la dernière en date qui était efficace, c’était un NAS Synology DS408 avec quatre disques durs d’un To en RAID 5, une Freebox v6 et j’étais heureux. Sauf qu’en déménageant, j’ai dû passer à Numéricable et abandonner la Freebox. Le médiacenter de LaBox étant une daube mal fichue, je me suis rabattu sur les fonctions DLNA incorporées à mon téléviseur Sony, puis mon actuel téléviseur Philips. Tous deux me donnent globalement satisfaction sauf que les fabricants de téléviseurs aiment bien mettre des firmwares codés avec la b*te, et surtout ne pas corriger les bugs. J’ai donc vite fini par me lasser de cette solution.

J’ai voulu tenter l’aventure XBMC, mais vu le temps nécessaire pour peaufiner l’installation, je me suis vite découragé.

Plex LogoUn beau jour, tardivement, j’ai découvert Plex. Une solution client-serveur fiable, puissante, fonctionnelle et simple. Quelques clics ont suffit à installer le serveur, quelques renommages de fichiers pour une bonne organisation et on se retrouve avec un serveur de média complet, gérable via une interface Web et qui récupère automatiquement les pochettes et les résumés. Quelques clics plus tard, sur un PC ou un Mac, le logiciel client permet une navigation fluide et intuitive dans les différents médias.

C’est là qu’intervient le NUC Intel. Une petite boî-boîte silencieuse, à faible consommation électrique, basée sur du Core i3 et suffisamment personnalisable pour l’adapter à ses besoins. Vous choisissez votre NUC, dans mon cas le modèle de base le plus récent que j’avais trouvé, avec même un récepteur IR en façade. Le lecteur de médias idéal à en croire de très nombreux sites. On lui reprochait souvent de ne pas pouvoir accueillir de disque dur sans changer le boîtier mais qu’importe, je ne lui demande pas grand chose, juste lire des fichiers médias.

Intel NUCJ’ai donc franchi le cap, avec une barrette de 8 Go de DDR3, un SSD MSATA 32 Go, pas de carte Wifi car je préfère faire venir du câble là où il faut, et après l’assemblage, l’installation du système et enfin, j’ai accès à Plex. Il suffit de le brancher à un téléviseur et le tour est joué.

Pour la petite annecdote, j’ai déplacé un peu les meubles chez moi et j’avais un bureau à équiper d’un ordinateur pour quelques tâches de base quand je fais de l’administratif, et également une télévision. En prévision de ma souscription à Orange en fibre optique, je vais quitter Numéricable. Je n’aurais plus qu’Orange et comme j’aime bien avoir une solution de back-up, je suis retourné chez Free, l’offre toute simple chez Numéricable étant devenue très chère, tant qu’à claquer du pognon, autant qu’il y ait des services derrière. Chez Free je profite donc de la Freebox v6, puissante, efficace, avec l’IP fixe, et nous profitons de la ligne SIP pour relier notre système de téléphonie à une ligne donnant sur l’extérieur, ce que nous détaillerons prochainement. Mais qui dit Freebox v6, dit Freebox Player et celui-ci est parfaitement capable de lire le contenu du serveur Plex !

J’ai donc un Intel NUC en bi-écran, un écran façon bureau, et un autre façon Plex ! Et si par hasard j’ai déjà la télécommande Free dans la main, j’ai même pas besoin de me fatiguer, je peux quand même lire les films. Pratique, non?

Ce post fait un peu 3615 MA LIFE (pour les jeunes qui connaissent pas forcément, 3615 c’était un numéro de services par minitel), mais le but n’était pas un épanchement complet sur les caractéristiques du Intel NUC, ni mes avis et impressions sur son fonctionnement, mais plutôt des idées d’utilisation.

Quelques photos de l’engin…

Go to Top