Posts tagged Linux

[Day to day life] De l’importance dans les sauvegardes

0

De tout temps, nos systèmes informatiques sont les proies de dysfonctionnements. La cause en est souvent la durée de vie des équipements, et parfois des défauts de conception, de fabrication ou même d’utilisation.

Les supports de stockage font partie de ces équipements. Pouvoir stocker des To de données c’est très intéressant, très pratique et je ne sais pas comment je ferai si je ne pouvais pas, mais il faut avouer que la défaillance d’un disque dur peut avoir des répercussions catastrophiques.

Il y a deux jours, j’ai eu le déplaisir, l’horreur de découvrir une situation tout à fait atroce et insupportable. Un des disques durs de mon serveur était en panne.

Les outils de monitoring râlent, expliquent qu’il faut changer le disque dans les plus brefs délais, qu’un spare vient de prendre le relais pour reconstruire le RAID5, que si un autre disque dur tombe en panne en même temps, le contenu sera irrécupérable, tout ça, tout ça. Bon, dans mon cas tout va bien, le spare a pris le relais, le RAID s’est reconstruit, il reste encore un spare online disponible, tout va bien. J’ai de la chance.

Le RAID n’est pas une solution de sauvegarde. Si au mieux, il améliore les performances, il peut retarder la perte de données avec une tolérance aux pannes, mais la seule solution efficace c’est de déporter les données sur un autre support, de préférence offline.

Disque SAS HPPensez donc à sauvegarder. Dupliquez vos données en des lieux distincts d’une façon ou d’une autre. Un jour où l’autre, vous en aurez besoin. Je ne ferai pas ici le tour de toutes les types et logiciels de sauvegarde mais plus le système est simple, plus il est fiable. Time Machine, sur Mac, c’est super joli et super pratique, mais une sauvegarde ça peut-être simplement copier tous les fichiers à sauvegarder sur un disque dur externe une fois par semaine, et mettre immédiatement après ce disque en sécurité.

Plus un fichier existe en un grand nombre d’exemplaires, plus il y a des chances pour que dans 10 ans on en retrouve un. Multipliez vos sauvegardes, multipliez les emplacements où vous les entreposez, multipliez les types de supports (disques durs, disques optiques, bandes, ou même une autre machine joignable via Internet…).

Comment assouvir ses besoins de Big Brother chez soi

0

Bonjour bonjour !

Non, nous n’avons aucune hécatombe à déplorer, bien que nous ne sommes actuellement pas très actifs ces temps-ci. Pourtant j’ai aujourd’hui retrouvé un tuto d’il y a deux ans et que je pensais perdu (en fait il était bien présent en /files/racine/bordel8/sauv/bordel/bordelcopie/poil/merdier_bizarre/ de mon dossier personnel sur le NAS, c’est dire si c’était rangé !).

L’idée à l’époque était, avec un PC sous Ubuntu et une simple webcam USB d’avoir chez soi un petit serveur sur lequel on peut mettre un site, des fichiers, ce que l’on veut, mais aussi et surtout, une page web qui affiche l’image de la webcam sans avoir besoin de grand chose. Mon but était d’avoir une interface graphique sur la machine pour éventuellement être utilisée pour surfer de temps à autres.

J’utilisais Ubuntu Server 10.10

Vous avez besoin pour cela de :

  1. un quelconque PC capable de faire fonctionner Ubuntu 10.10
  2. Ubuntu Server 10.10
  3. une webcam (je ne sais pas quel type particulier mais on avait utilisé une version Logitech de l’EyeToy
  4. une connexion Internet pas trop dégueulasse (ce tuto était prévu pour une connexion avec IP dynamique mais les chanceux qui ont une IP fixe verront de quelle partie ils peuvent se passer)
  5. un domaine OVH avec un DynHost
  6. un modem-routeur-box qui permet la redirection de ports
  7. un peu de patience et des gencives de porc

Commençons par le truc le plus simple, installer Ubuntu Server 10.10 et choisissez à l’installation les options LAMP, OpenSSH et Samba. Et laissez-vous guider, il n’y a rien de particulier à faire. Vous pouvez en attendant rediriger le port 80 de votre routeur vers votre serveur (voire faire une DMZ mais c’est pas super pour la sécurité). Vous pouvez vous connecter en SSH depuis votre machine ou entrer les commandes physiquement sur le serveur indifféremment.

Une fois tout installé, connectez-vous avec votre couple login/password et faites une mise à jour :

admin@server:~$ sudo apt-get upgrade

Une fois que c’est terminé :

admin@server:~$ sudo apt-get install xorg gnome-core gdm gnome-applets gnome-system-tools gnome-utils compiz-gnome firefox sysv-rc-conf gedit webcam network-manager software-center libapache2-mod-auth-mysql phpmyadmin ddclient

Puis on va modifier les autorisations du dossier racine de site Web par :

admin@server:~$ sudo chmod -R 777 /var/www

Maintenant, pour rendre l’accès plus commode depuis votre réseau local, vous pouvez éditer le fichier de configuration de Samba comme suit :

admin@server:~$ sudo nano /etc/samba/smb.conf

Ajoutez dans la section [Share definitions] le bloc suivant :

[www]

   comment = Partage Web

   read only = no

   available = yes

   public = yes

   writable = yes

   path = /var/www

   guest ok = no

   browsable = yes

Enregistrez et quittez, puis on s’occupe du domaine OVH. Vous avez créé un identifiant DynHost qui autorise la mise à jour de l’adresse IP comme le fait No-IP ou DynDNS, ainsi qu’un champ DynHost correspondant. Ensuite il faut créer le fichier de configuration de DDclient. Il suffit de copier ce qui suit en remplaçant les XXXX par les bonnes informations :

admin@server:~$ sudo nano /etc/ddclient.conf

Si quelque chose est présent, il suffit de tout remplacer par cela :

# Configuration file for ddclient

#

# /etc/ddclient.conf

daemon=600 # check every 600 seconds

syslog=yes # log update msgs to syslog

mail=root # mail all msgs to root

mail-failure=root # mail failed update msgs to root

pid=/var/run/ddclient.pid # record PID in file.

cache=/tmp/ddclient.cache # Cache file

## Check IP via DynDNS CheckIP server

use=web, web=checkip.dyndns.com/, web-skip='IP Address'

## Enter your Ovh DynHost username and password here

login=XXXXXX # your Ovh DynHost username

password=XXXXXX # your Ovh DynHost password

protocol=dyndns2 # default protocol

server=www.ovh.com # default server

## Dynamic DNS hosts go here

XXXXXXXXX

Enregistrez et quittez. Puis modifiez, sinon créez le fichier de configuration de la webcam :

admin@server:~$ sudo nano /home/ladmin/.webcamrc

Remplissez avec ceci (vous pouvez laisser tel quel, ou bien modifier les noms des fichiers) :

[ftp]

host = localhost

user = nobody

pass = xxxxxx

dir = /var/www/webcam

file = webcam.jpg

tmp = imageup.jpg

local = 1

[grab]

device = /dev/video0

width = 640

height = 480

delay = 1

quality = 100

Enregistrez et quittez. On s’approche violemment du but. Il ne reste plus qu’à éditer le fichier rc.local pour lancer le programme de capture automatiquement :

sudo nano /etc/rc.local

Faites le ressembler à ceci :

#!/bin/sh -e

#

# rc.local

#

# This script is executed at the end of each multiuser runlevel.

# Make sure that the script will "exit 0" on success or any other

# value on error.

#

# In order to enable or disable this script just change the execution

# bits.

#

# By default this script does nothing.

webcam /home/ladmin/.webcamrc&

exit 0

Redémarrez !

Il ne vous reste plus qu’à placer un fichier index.html (Exemple de fichier index).

C’est vraiment terminé ! Gardez cependant bien à l’esprit que tout ce que filme votre webcam est diffusé sur la page Web.

Go to Top