Posts tagged USB

Astuce post installation PfSense sur clé USB

0

Bonjour,
Suite à mon dernier post où je vous montrais dans les grandes largeur le montage d’un petit PC pour en faire un routeur, je vous avais lâchement abandonnés au moment de choisir le logiciel. Ce n’est pas pour cause de flemme mais surtout que je n’ai pas la possibilité de tout tester, et j’ai un besoin précis, et à ma connaissance seul PfSense permettra de le faire. Je m’étendrai sur le sujet plus en détail début mars.Kingston Cruzer fit

En attendant, si comme le mien, votre cœur se brise dans votre poitrine à l’idée de condamner un disque dur ou un SSD à tourner dans un simple routeur/pare-feu, vous pouvez toujours utiliser une clé USB.

C’est globalement assez rapide et ça semble plutôt bien marcher. Sauf que voilà, PfSense hérite d’une sorte de bug qui l’empêche de booter correctement dans certaines conditions. Lorsque votre routeur démarre, si vous utilisez une clé USB pour le système, vous devez impérativement choisir l’option 3. Boot PfSense using USB device dans l’écran suivant :

Le système démarre et vous pouvez effectuer quelques tâches de configurations, comme les interfaces, les IP, le DHCP, etc. Sauf que si vous redémarrez, ça finit par se bloquer. Cela vient de FreeBSD, sur lequel, le boot USB nécessite un délais supplémentaire, à ce que j’ai compris. En choisissant l’option 3 au démarrage, un délais de 10 secondes est ajouté permettant la reconnaissance de la clé. Sauf que garder un écran et un clavier sur un routeur, c’est con.

Pour pallier à ce problème, une bidouille temporaire qui marche bien mais la moindre mise à jour semble nécessiter de refaire la manipulation. En gardant un écran et un clavier branchés, pour pouvoir surveiller, vous allez configurer sommairement le routeur, puis vous connecter dessus via l’interface Web et terminer l’installation. Une fois ceci terminé, aidez vous de l’écran et du clavier pour redémarrer. Ne touchez à rien, et vous devriez constater qu’il se bloque toujours à la même étape. Éteignez-le et redémarrez avec l’option 3. Boot PfSense using USB device. Vous devriez de cette façon arriver au bout du démarrage normalement.

Là, vous venez de constater clairement le problème. On va maintenant le régler. On est d’accord, votre routeur est maintenant configuré, il est démarré. Connectez-vous à l’interface d’administration, directement avec http://IP-de-la-carte-LAN, puis dans le menu Diagnostics (en haut à droite), allez sur Edit file.

Ensuite il suffit de taper l’adresse du fichier à modifier (ou créer, peu importe, dans notre cas cela va créer le fichier) et cliquer sur Load. On va donc taper /boot/loader.conf.local et cliquer sur Load.

Dans la case du dessous, copier le texte suivant tel que décrit dans la doc, puis cliquez sur Save :

kern.cam.boot_delay=10000

Normalement vous devriez pouvoir redémarrer normalement, sans intervention. Faites plusieurs tentatives pour être sûr, et c’est terminé.

En espérant que cela vous rende service !

Avez-vous déjà vu…

0

… un poney booter une ISO ?

Et c’est bien ce que nous voulons faire. Courant janvier, ou février, je ne sais plus, nous avons vu passer par endroits des news au sujet d’un boîtier de disque dur externe USB 3, capable de se faire passer pour un lecteur optique lorsqu’on le fourre avec des fichiers ISO.

L’idée nous avait déjà traversé l’esprit mais nous étions obligés à l’époque de restaurer des images disques sur des clés USB ou des disques durs externes classiques. Pas très pratique.

Avec ce boîtier externe, il vous suffit d’installer confortablement un disque dur ou un SSD 2,5″ SATA à l’intérieur, de le formater suggestivement en NTFS, de créer un dossier _ISO dans son fondement, et d’y glisser soigneusement vos fichiers ISO. Raccordez-le avec le cordon USB 3 fourni, ou un simple micro-USB si vous voulez vous contenter de l’USB 2, et utilisez le jog-dial pour naviguer dans votre arborescence luxuriante. Sélectionnez le fichier que vous souhaitez, et savourez cet afflux de bits de données passer dans le tuyau. Le boîtier gère trois modes :

  1. le mode optique : émulant un lecteur de disques à partir de l’ISO sélectionnée
  2. le mode disque dur : permet d’être utilisé comme disque dur externe classique
  3. le dual-mode : les deux à la fois

Vous pouvez ainsi démarrer la plupart des machines capable de démarrer depuis l’USB. Mais allons plus profondément et admirons ensemble la perfection que représente l’union d’un disque dur et de ce boîtier. Il se peut que vous utilisiez un système d’exploitation incapable d’écrire sur des volumes formatés en NTFS, comme Mac OS X. Plutôt que d’installer des pilotes spécifiques plantogènes, vous avez aussi la possibilité de formater le disque dur en ExFAT et lui donnera l’avantage d’être aussi bien inscriptible sur les Macs que sur les PC. Il est cependant important d’appliquer au préalable le programme interne adapté, disponible ici, avec l’utilitaire du constructeur.

Autre problème facilement contournable, Windows XP n’est pas compatible avec le format de volume ExFAT. Dans ce cas, il vous suffit de télécharger et appliquer ce patch.

Lors de nos tests en conditions réelles nous avons trouvé ce boîtier très pratique, notamment avec son écran rétro-éclairé. Notez cependant le connecteur particulier pour le rendre compatible USB 3 mais qui peut-être facilement remplacé par un cordon micro-USB plus long et moins rigide et conservant au moins l’USB 2. Un autre défaut c’est le format de volume. Le NTFS c’est bien, mais quand on est à la fois sur Mac et Windows, du FAT aurait été plus pratique. Malheureusement le FAT limite la taille des fichiers à 4 Go ce qui aurait empêché de stocker des ISO de certains DVD et Blu-Ray. Également, méfiez-vous si vos fichiers ont un nom trop long car même s’ils resteront exploitables, le nom sera tronqué.

Tous ces défauts sont contournables donc assez peu gênant. Le vrai problème c’est le jog-dial sur le côté. Trop petit et mal positionné, nous aurions préféré de simples touches en façade, de part et d’autre de l’écran. Mais il faut s’y faire car les avantages de ce disque sont largement supérieurs à ses inconvénients.

Un test complet, performances avec un SSD à l’appui, chez notre ami d’Infobidouille.

Go to Top